La ville d’Albi  a été inscrite au patrimoine de l’UNESCO  le 31 Juillet 2010. Elle possède de nombreux monuments historiques remarquables.

La cathédrale Sainte-Cécile  a été édifiée entre le XIII et le XVI siècle par les évêques d’Albi devenus Seigneurs d’Albi après la croisade contre les albigeois.

Le palais de la Berbie et ses jardins forment avec la cathédrale l’ensemble de la cité épiscopale édifiée après la croisade contre les albigeois. Dans la cité épiscopale briques et art gothique se mêlent dans un festival de ton ocre. Dans les quartiers médiévaux, on admire les influences de l’époque cathare (XIIIe siècle).

Henri de Toulouse-Lautrec est né dans l’une des plus vieilles familles nobles de France, fils du Comte Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa (1838-1913) et d’Adèle Tapié de Celeyran (1841-1930), il grandit entre Albi, le château du Bosc (demeure de ses grands-parents) et le château de Celeyran.

Toulouse-Lautrec vécut pour son art. Il devint un peintre du post-impressionnisme, un illustrateur de l’art nouveau et un remarquable lithographe ; il a croqué le mode de vie de la Bohème parisienne à la fin du XIXe siècle.

Après la mort de Toulouse-Lautrec, Maurice Joyant son ami intime, son protecteur, marchand de tableaux voulut mettre en valeur son œuvre avec l’accord de la Comtesse de Toulouse-Lautrec. Ils donnèrent les fonds nécessaires pour qu’un musée soit créé à Albi, ville où naquit l’artiste. La comtesse Alphonse de Toulouse-Lautrec (1841-1930) et Maurice Joyant (1864-1930) offrirent leur superbe collection de tableaux au musée Toulouse-Lautrec d’Albi.

Cordes-sur-Ciel  est une bastide construite en 1222 par le Comte Raymond VII de Toulouse, haut lieu du catharisme, cette cité médiévale adapte ses rues tortueuses et ses maisons séculaires à un relief escarpé dominant la paisible vallée du Cérou. Grand site de Midi-Pyrénées, elle est une étape du Pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. En 2014, ce village a été élu Village préféré des Français.

 

Le département actuel résulte d’une longue histoire qui a précédé sa création en 1790.  Devenue vassale du comté de Toulouse, le territoire du Tarn, nommé Albigeois en référence à Albi sa capitale, est ravagé par les combats de la croisa des Albigeois. Il est intégré au domaine royal en 1270 et appartiendra désormais à la province du Languedoc. A la Révolution, il prend le nom du Tarn, la principale rivière qui le traverse.

Sa géographie repose sur une forte opposition est-ouest. Une dualité se retrouve dans la démographie et l’économie, mais dans le sens nord-sud. Département le plus industriel de Midi-Pyrénées après la Haute-Garonne, il conserve une part agricole riche qui participe à la renommée de la cuisine tarnaise. Le tourisme contribue pour une part importante au développement économique du département.

Parmi les nombreux Tarnais qui ont laissé une marque dans l’histoire, on trouve les explorateurs Lapérouse et Jean-Louis Etienne, les sportifs Yannick Jauzion et Laurent Jalabert, les politiques Jean-Jaurés et Emile Combes ou les militaires Maréchal Soult et Séré de Riviére.